saline royale arc-et-senans - visite - exposition - jardins - hôtel - séminaire - libraire - boutique - résidence artiste
saline royale arc-et-senans - visite - exposition - jardins - hôtel - séminaire - libraire - boutique - résidence artiste

Conférence sur le sport extrême

saline royale arc-et-senans - visite - exposition - jardins - hôtel - séminaire - libraire - boutique - résidence artiste

Samedi 5 octobre à 14h

À l’occasion du Trail des 2 Salines, plusieurs spécialistes interviennent sur la thématique du sport extrême :

> David Sandona, journaliste, présentateur de l’émission « Tout le sport » sur France 3.

En savoir plus

Originaire de Pontarlier, David Sandona a très vite baigné dans l’univers du sport et du ski avec un père membre de l’équipe de France de saut à ski et un cousin biathlète et sélectionné olympique (Lake-Placid 1980) puis entraîneur des équipes de France de biathlon.

Journaliste à Europe 2 Belfort puis Besançon à la fin des années 90, David Sandona part faire de la radio à Paris (Sport O’FM) et commence sa carrière de journaliste télé à France 3 en 2002. Il est alors en charge des sports et de la présentation des JT du week-end à France 3 Franche-Comté de 2002 à 2008 puis à France 3 Côte d’Azur de 2008 à 2012. En spécialiste du ski et du football, il intègre le service des sports de France Télévisions en janvier 2012 et devient présentateur de l’émission Tout le sport sur France 3.

Il tourne en parallèle des reportages pour Stade 2 et a couvert tous les jeux olympiques depuis Sydney 2000 et Roland Garros depuis 2002.

A titre personnel, il pratique le ski alpin, le VTT ainsi que la course à pied et la natation.

> Paul Dietschy, Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Besançon Franche-Comté  : « Récit et héroïsation du sport extrême : Annapurna premier 8000 de Maurice Herzog ».

En savoir plus

Récit et héroïsation du sport extrême : Annapurna premier 8000 de Maurice Herzog

L’un des best sellers du début des années 1950 est le livre de Maurice Herzog, Annapurna premier 8000, publié en 1951 chez Artaud. Ce livre d’alpinisme narre l’expédition ayant mené, pour la première fois, à la conquête d’un sommet dépassant les 8000 mètres dans le massif de l’Himalaya. Ce succès dont les deux auteurs, Maurice Herzog et Louis Lachenal, ont ensuite porté les stigmates, entre bien dans la catégorie du “sport extrême” même si l’expression n’existait pas alors. Faute de caméra GoPro, les images en sont rares bien qu’elle soient presque devenues patrimoniales. Le sport extrême est donc ici d’abord un récit se plaçant dans la lignée d’une longue série d’ouvrages sportivo-héroïques dans un contexte historique très particulier. Il est autant, aux confins de la réalité et de l’imaginaire, voyage d’exploration que chemin de croix pour servir la cause nationale. A tel point que les remises en cause de l’exploit n’ont pas manqué jusqu’à celle très intime et récente de la fille de Maurice Herzog.

> Bernard Maccario, Docteur en sciences de l’éducation, Président du conseil d’administration du CREPS PACA : « L’apnée sportive et sa naissance sur la Côte d’Azur ».

En savoir plus

L’apnée sportive et sa naissance sur la Côte d’Azur

1988 : plus qu’un succès cinématographique, Le Grand Bleu devient un phénomène social. Jusque là réservée à quelques spécialistes, l’apnée de profondeur attire alors de multiples amateurs, le plus souvent inconscients des risques auxquels ils s’exposent. En réaction à ces dérives et avec comme première exigence la sécurité, c’est sur la Côte d’Azur que s’est constituée et développée une apnée sportive composée de plusieurs disciplines. Dès lors, dans sa recherche du record comme de la performance en compétition, il s’agit pour l’apnéiste de maîtriser son souffle pour la conquête de l’extrême.

> Guillaume Millet, Professeur de physiologie de l’exercice à l’Université de Saint-Etienne : « Ultra-endurance : jusqu’où peut aller l’être humain ? ».

En savoir plus

Ultra-endurance: jusqu’où peut aller l’être humain ?

La question des limites du corps se pose de façon récurrente dans le cas de performances humaines en sport ou dans d’autres situations de la vie quotidienne. Elle concerne aussi bien les athlètes de haut niveau à la recherche de records que les pratiquants amateurs qui cherchent à se dépasser ou à “repousser leurs limites”. Que sait-on aujourd’hui sur les limites du corps ? Jusqu’où les performances sportives et humaines peuvent-elles aller ? Ces limites sont-elles physiologiques, psychologiques ou autres ? Dans le même temps, jamais les capacités physiques moyennes des habitants des pays occidentaux n’ont été si faibles, ce qui n’est pas sans effets sur la santé de nos concitoyens. Cette conférence s’interrogera donc aussi sur les raisons et les conséquences de l’augmentation de l’écart entre les extrêmes.

Biographie de Guillaume Millet
Guillaume Millet est physiologiste du sport, Professeur à l’université Jean Monnet de Saint-Etienne après avoir dirigé pendant 5 ans un groupe de recherche sur la fatigue neuromusculaire à l’Université de Calgary au Canada. Il a obtenu son doctorat à l’université de Franche-Comté en 1997 et a occupé entre 1998 et 2013 différents postes d’enseignant-chercheur ou de chercheur à Dijon, Saint-Etienne et Grenoble. Sa recherche vise à mieux comprendre les déterminants physiologiques, neurophysiologiques et biomécaniques de la fatigue, que ce soit lors d’exercices extrêmes (ultra-endurance, altitude) ou bien dans le domaine pathologique (e.g. maladies neuromusculaires, cancer, vieillissement). Il est porteur de la chaire ActiFS (Activité physique, Fatigue et Santé) et est actuellement titulaire d’un fellowship financé par l’IDEX de Lyon lui permettant de recréer en France son équipe sur ces thématiques. Il vient d’être nommé membre Senior à l’Institut Universitaire de France. Il a aussi eu la chance d’encadrer à ce jour 13 chercheurs post-doctorants, 21 doctorants et 19 étudiants de Master, et d’être invité plus de 110 fois à présenter ses travaux dans des congrès nationaux ou internationaux. Guillaume est l’auteur de plus de 200 articles scientifiques et de 5 livres sur la physiologie ou l’entrainement dans les sports d’endurance (ultra-trail running, ski de fond), sports qu’il a pratiqués pendant plus de 30 ans en compétition. Il a notamment terminé 3 fois dans le top 6 de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, une course à pied de 165 km et 10000 m de dénivelé. Son livre « Ultra-trail, plaisir, performance et santé » s’est vendu à plus de 11000 exemplaires.

> Alain Groslambert, Professeur en STAPS et Laboratoire C3S Université de Franche-Comté  et Frédéric Grappe, Directeur du Pôle Performance équipe cycliste Groupama-FDJ : Les conditions de la performance extrême : Le tour de France. 

En savoir plus

Les conditions de la performance extrême : Le tour de France

« Le tour de France 2019, c’est 21 étapes, 3366 km, 54 000 m de dénivelé positif, 82 h 57 min  de course pour le vainqueur (Bernal) et 4 h 34 min de plus pour le dernier du classement général,  réalisées dans toutes les zones d’intensité d’effort sur tous les terrains (de la plaine à  la haute montagne jusqu’à 2764 m), une large plage de températures avec des conditions de plus en plus caniculaires, de la fatigue cumulée et des périodes de récupération très courtes …Pour supporter des conditions aussi extrêmes, un modèle de préparation spécifique s’impose. Les différents éléments de cette préparation seront exposés et discutés par Fred Grappe (Directeur de la performance équipe cycliste professionnelle Groupama FDJ) et Alain Groslambert (Enseignant-chercheur en STAPS au laboratoire C3S, Université de Franche Comté, U sport de Besançon)».

 Entrée libre avec le billet d’entrée de la Saline royale.

 

Share This