saline royale arc-et-senans - visite - exposition - jardins - hôtel - séminaire - libraire - boutique - résidence artiste
saline royale arc-et-senans - visite - exposition - jardins - hôtel - séminaire - libraire - boutique - résidence artiste

CONCERT D’ORPHEUS XXI

© Magnenat Pauline

saline royale arc-et-senans - visite - exposition - jardins - hôtel - séminaire - libraire - boutique - résidence artiste

Jeudi 28 novembre à 19h30
à la Saline royale d’Arc-et-Senans

Ensemble interculturel composé de musiciens professionnels réfugiés, Orpheus XXI est un projet initié par le musicien Jordi Savall (en résidence à la Saline royale d’Arc-et-Senans). Les musiciens de l’ensemble Orpheus XXI travaillent un répertoire de musiques de tradition orale, vocales et/ou instrumentales, issu de leur pays d’origine.

Orpheus XXI nous donne l’occasion de découvrir la richesse d’un répertoire traditionnel venu d’ailleurs (Syrie, Afghanistan, Bangladesh, Turquie, Arménie, Maroc, Bulgarie…) interprété avec ferveur par des artistes porteurs et passeurs de leur patrimoine musical.

Orpheus XXI – Musique pour la vie et la dignité est le seul projet français soutenu par la Commission européenne en 2016 dans le cadre du programme Europe Créative. 

Les musiciens:

Waed Bouhassoun

Syrienne
Oud, chant et direction artistique

La joueuse de luth et chanteuse syrienne, Waed Bouhassoun possède un timbre de voix d’une qualité rare, comme on n’en entend plus qu’exceptionnellement, une de ces fameuses voix de la chanson arabe des années trente. Même si on aurait tendance à penser à Oum Kalthoum ou à Asmahan, en vérité la voix Waed Bouhassoun n’est la copie d’aucune autre. Dès sa première audition à Alep, les spécialistes (sammaïnes) ne s’y sont pas trompé et ont immédiatement reconnu son talent. Elle se produit à Paris à la Maison des Cultures du Monde et à l’Institut du Monde Arabe en mars 2006. Le succès là aussi fut immédiat et la presse unanime salue « une révélation ». De retour en Syrie, Waed va enchaîner les concerts notamment à l’Opéra de Damas. Toujours en 2006, elle est invitée au Festival d’Assilah puis au Festival de la Madinah à Tunis, enchaine une nouvelle tournée en France, puis le Festival de Tétouan (mai 2007), celui des Musiques Sacrées du Monde à Fès (juin 2007) et à nouveau le Festival d’Assilah (2007).

Le 31 janvier 2008, dans le Salon des Ambassadeurs de l’Alhambra de Grenade, elle est, avec Curro et Carlos Piñana, la vedette du concert d’inauguration de “Damas capitale culturelle du monde arabe”. Elle y interprète, en s’accompagnant au ‘oud, des poèmes de Wallada et d’Ibn Zaydoun qu’elle a mis en musique. Le concert est retransmis par plusieurs télévisions du monde arabe.

En mars 2008 Waed présente, en création mondiale, à l’Auditorium de l’Opéra Bastille à Paris, dans le cadre du Festival de l’Imaginaire, des poèmes chantés de la grande mystique Rabi’a al ’Adawiya, accompagnée par le joueur de nay Kudsi Erguner, un muezzin d’Istambul, un joueur de qanun et un percussionniste. Ce même concert sera invité à l’Opéra de Damas puis à Soueida (Syrie) en mai 2008 et le 30 juin au Festival de Spoleto (Italie).

Depuis la parution de son premier CD : “La voix de l’amour”, elle a présenté plusieurs concerts en solo.

Actuellement Waed présente des concerts en solo avec des participations à des concerts avec d’autres musiciens ou des ensembles (notamment celui de Jordi Savall avec lequel elle a enregistré un CD en 2013 : Orient Occident II : Hommage à la Syrie).

Ibrahim Keifo

Syrien
Bouzouki, saz, chant

Originaire de la ville de Hassaké en Syrie, le chanteur Ibrahim Keivo imprègne son travail de ses racines : la musique traditionnelle syrienne. Il est l’un des rares chanteurs à avoir développé les traditions arabes, syriaques, arméniennes, kurdes et hazki, et à avoir enrichi l’héritage musical du nord de la Syrie. Il est également célèbre pour jouer les instruments typiques de cette région : bouzouki, saz et bağlama. Il est lauréat du Golden Ornina Award au Festival des chansons syriennes ainsi que du Prix Charles-Cros en France pour son CD Song of Jezireh. Il a aussi enregistré trois CD de production de festivals et d’institutions culturelles européennes : The Voice of ancient Syria, Sherine – Ibrahim Keivo & NDR Bigband et Chants de la Djezireh. Il vit en Allemagne.

Maemon Rahal

Syrien
Reqq, percussions

Interprète et compositeur, Maemon Rahal est aussi facteur d’instruments orientaux. Né à Lattaquié en Syrie dans une famille de musiciens et de poètes, il a découvert depuis son jeune âge son goût pour le rythme et, depuis ses 15 ans, il fait partie de l’ensemble fondé par ses frères. C’est à Homs qu’il complète ses études musicales en se spécialisant dans le jeu du qanun.

Il continue la facture d’instruments tels que le qanun, le bouzouki, le reqq et devient spécialiste de la réparation d’instruments à cordes et à percussions.

Il a collaboré à la fondation de l’université de musique de la ville de Homs.  Il a par ailleurs travaillé pour le théâtre de Wadih El Safi, pour l’American University du Théâtre de Beyrouth, en hommage à Zaki Nassif et a joué en de nombreuses occasions en Espagne ainsi qu’en Égypte et Syrie.

Georgi Dimitrov

Bulgare
Qanun

C’est à l’âge de 25 ans, après un voyage à Istanbul où il découvre le santur iranien, que Georgi Dimitrov commence à jouer de la musique. Après trois ans à parcourir l’Europe, il décide de changer d’instrument et choisit le qanun turc, plus adapté à la musique ottomane. Au début de l’année 2013, il forme un projet en Bulgarie avec des musiciens locaux et étrangers qui aboutit à la naissance du groupe MeskHane.

En 2016 Georgi Dimitrov s’installe à Barcelone et rejoint l’ensemble de musique grecque Rembetiki Compañía de Barcelone. Il participe à la création de deux autres groupes : Alaturca Barcelona et Trio Sarazeno.  En 2018, il rejoint Orpheus XXI avec qui il se produit en Espagne et en France.

Moslem Rahal

Syrien
Ney, direction artistique

Diplômé de l’Institut Supérieur de Musique de Damas en 2003, Moslem Rahal choisit de se spécialiser dans la technique du ney. Il est soliste dans l’Orchestre Symphonique National de Syrie et membre du Groupe National de Musique Arabe. Il devient professeur de ney à l’Institut Supérieur de Musique de Damas et à l’Université « Music College » de Homs. Il est le fondateur et directeur du Shams ensemble group. Véritable virtuose de ney, il participe à la valorisation de cet instrument auprès de l’Arabic Scientific of Music.

Avec l’Orchestre Symphonique de Syrie, il a donné de nombreux concerts sous la direction du maître Misak Bagboderian et dans le monde arabe sous la direction du maître Soulhi al-Wadj ainsi qu’avec le Groupe National de Musique Arabe.

Grâce à ses travaux de recherches musicales et à ses nombreuses collaborations avec des artistes européens, il est une figure-clé de l’interprétation de la musique orientale au cœur de l’interprétation occidentale.  Ces connaissances lui ont amené aussi à être un des deux Directeurs Artistiques du projet ORPHEUS XXI, créé par Jordi Savall.

Possibilité de dîner en compagnie des musiciens après le spectacle à 21h.

logo_CIMA
logo_orange
logo_europe
OrpheusXXI
Share This